AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 12.01-W108, Kerea, la fieule du gros tas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: 12.01-W108, Kerea, la fieule du gros tas   Sam 24 Oct - 1:34

Personnage !


Prénom : Kerea

Code barre : 12.01-W108

Âge : 16 ans

Numéro sur 10 : 08

Sexe : Féminin

Attirance Sexuelle : Bisexuelle à tendance hétéro

Description physique : Cette jeune fille blonde à l’apparence soignée, possède une crinière qui s’achemine jusqu’à ses hanches, laissant gracieusement paraître au niveau de son visage des yeux d’un vert exaltant. Son fin nez découpe son visage en deux parties merveilleusement bien taillées, juste assez pointu. À son extrémité, celui-ci possède un petit grain de beauté à peine visible, il s’agit de sa dite tache de naissance ou plutôt, son code barre écrit en miniature. Les joues légèrement rougies caressent de douces lèvres pulpeuses d’un rouge vif. Cajolé dans cet ensemble sublime, baigne une peau, aux pores minces, blême réservée. Sur son front, de taille moyenne, brille une légère cicatrice en forme d’oiseau, signe de ses batailles, souvent caché par un lambeau de sa chemise. Son cou légèrement taillé se met en place sur des épaules assez large, pour une jeune dame. Mince comme elle est, on peut facilement distinguer une poitrine volumique qui lui cache presque les pieds. S’effondre ensuite son corps délicat pour laisse tombé sur de longues jambes qui ne possède aucun poil, bien connu pour une femme. Des bras, relativement, musclés la hante sur les côtés. De douces mains pendent au bout de ses bras, petite sur les bords, elle n’en rende pas moins ravissante cette jeune femme qui possède les pieds tout aussi grand que ses mains. Sans oublié, les éléments les plus importants d’une Inu, la queue et les oreilles, de couleur beige.

Description Mentale : Derrière ce visage adorable et démocrate se cache bien sur une toute autre personnalité, en commençant par un sens de l’orientation inouï. Intelligente, mais sensible, ce n’est pas la méchanceté qui la gênera. Courageuse, mais qu’en très petite quantité, une femme sanguinaire et sans merci. Elle n’est en fait rien d’autre qu’une Inu de type neuf ayant comme quête, de vivre… encore une… Toutefois, elle est bien loin d’être déloyale et est l’une des rares survivantes du moment à être franche comme un banc de dauphins. Ses connaissances en l’art du combat varie autant que ceux de l’achalendement, donc elle en est presque une érudit de grands talents. Dans ses facettes mentales, elle possède, bien entendu, un moral de fer : Soit une âme généreuse qui ne laisse pas vogué aux remarques infantiles des rapaces qui lui tourne autour. En plus, de tout cela, elle a une imagination à tordre l’andamanite. Comme pour en rajouté, elle est très attachée au reste des Inu, qu’ils soit mâles ou femelles, de type deux à dix, elle eut d’ailleur pitié de voir les un mourir. Et dans tout cela, comme tous les huit : Elle est très calme.

Rêves : Vivre bien entendu.

Histoire : Je sortit de l’incubateur en première de mon type, huit disait-on, j’étais de cette génération rare qui savait parlé, squatté, se calmer… mais hélas était trop intelligent, à ce qui paraît, selon ces stupides humains, ce fut notre défaut à tous. Je fut la première Inu femelle de mon type, mais pourtant, j’était parfaitement modelée. Sauf ce petit et stupide code barre sur mon sein gauche. Après tout à quoi il servait : 12.01-W108, youpi, mémorisé cela humains de malheur. Je sais que je ne suis qu’un joujou pour eux, mais je m’en fout. Je préfèrerais être aimé plutôt que d’avoir la supposée « Intelligence artificielle » qu’ils m’ont donnés. Super ! Je vis sur le système artificielle de leur monde cupide et idiot. Au moins, je suis contente d’être de type huit, c’est, à ce qui ait dit, le type le plus intelligent. Ça me réjouit, personne n’est plus intelligent que moi, sauf mes semblables et les malheureux : WX.YZ-M108, mais bon je m’en fiche un peu, après tout, tant que j’aies ce don, je suis okay. Tout ça pour en venir à ma vie, l’eurêka des indices de type huit, j’en suis le premier prototype après tout. Du moins, je crois.

Tout commença alors que je baignais, comme un écrevisse, dans un liquide vert étange, je ne pouvais ni bouger, ni ouvrir les yeux, la seule chose que je savais, c’est avec mon intuition que je venais d’être robotisé à partir de gênes animaux et humains. Donc, avec ce simple opinion, je pouvais deviné que j’étais un laboratoire, canadien, français, anglais, américain ou asiatique, je l’ignorais. Enfin, je parvint à ouvrir les yeux. Un gros bonhomme rustre m’observait avec des gros yeux carrés comme si je n’était qu’une barbiche pour leurs enfants, mais j’étais bien vivante devant lui. Malgré tout ses effrois, je le voyais, autant qu’il me voyait. Il était gros, laid, même ideux. Barbu, avec son acné, on en aurait dit un adolescent. Il me sourit et continua d’analyser tout mes mouvements… qui bien entendu n’existaient pas. Je ne faisais que bouger la rétine qu’il baissait ses yeux carrés vers un bloc-note pour le noté. Franchement, on aurait juré qu’il me prenait pour un simple éléphant rose au beau milieu du zoo. Plus hypocrite que cela, on mourrait. Ce n’est que plus tard que je parvint enfin à savoir qu’il était un scientifique. Un scientifique mon œil, je suis sur qu’il ignorait la différence entre un et deux. Les racines de ses cheveux prenaient sans doute plus de place dans son crâne que ses neurones… quoi que, tout bien réfléchi, peut-être n’en avait-il pas. Eh mince ! Il n’avait pas de cheveux non plus. Je continua de l’observer commençant à perdre patience, après tout fixé un gros homo sapiens sapiens, même s’il ne mérite que le titre d’homo habilis, pendant plus de huit heures, s’en était long. Je ne me découragea toutefois pas, essayant de me tiré de son regard en observant les murs de briques grises au fond de la salle ou encore le plancher de marbre tout aussi incolore. Encore après deux heures, monsieur le Boutonneux me quitta enfin, soulagée, je tenta de le suivre des yeux, mais il disparut derrière un mur de brique. Satané ! Si je parvenais à sortir de ce bocal en verre je le briserais bien ! Je voulais voir cet idiot qui s’amusait depuis près de dix heures à m’examiner. Je fut soulagée de ne pas le savoir mort, après tout après plusieurs heures, on s’y attachait… que dis-je, je le méprisais, j’ai le droit de vivre ! Non ? Et ce sans putain de scientifique qui note quoi que ce soit de mes mouvements ! Il saisit un truc, je crois qu’il le nommait microphone. Et interpella quelqu’un. J’entendit ensuite une voix mécanique de français asiatique crier.

- La cage A108E peut être coulée. Le premier prototype huit voit le jour en ce douze janvier. Pour l’interpeller : 12.01-W108. Le scientifique : Miyato Yokosuka la nommera.

Miyato Yokosuka… c’était le nom du gros tas ? Je ne sais pas, mais je remarqua que le liquide vert commençait à couler. Je me sentit tombé d’un coup et je put enfin bouger. Mon corps était sculptée avec magnificence. Seuls ses deux petites oreilles de chien sur ma tête et la petite queue sur mon derrière me dérangeait, mais pas plus que ça. Je pus ensuite tout voir uniformément autour de moi, le gros avait un visage en forme d’arachide, il m’avait fait pouffer de rire dès que je l’avais vu. Je calma rapidement, il avait rentré sa grosse main velue dans ma cage et avait commencé à me caresser, aussitôt, j’agita la queue, il arrêta et me nourrit d’une petite substance solide brune. De la moulée avait-il dit. Je sourit après avoir avaler goulûment mon tout premier repas puis d’un coup, je tomba. Je m’endormit. Je me réveilla le lendemain, un nouveau compagnon était à côté de moi, dans une autre cage de verre. Chaque continuait comme ça, puis rapidement mon lourdaud préféré me nomma : Kerea. Je commençait à éprouver de l’affection à son égard. Il était peut-être laid, mais très gentil. Puis plusieurs année après, les neuf et les dix apparurent, mais Miyato ne me mis pas de côté. Puis un jour j’entendit à nouveau cette voix mécanique, je dressa les oreilles. Je n’avait pas eu mon repas ce matin, autant pour tous les autres inu. Les humains avaient désertés et tout rangé. Je m’étais attristée, mon gros n’était pas venue me voir, je l’avait vu courir ce matin. Bref, pour en revenir à la voix. Elle annonçait le départ d’une nouvelle aventure.

- Cher hybride, aujourd’hui, nous annonçons le début d’un grand événement, où seul la loi du plus fort existera. Les médicaments ont été rangés et la nourriture également. À vous de survivre.

Voilà, je m’inquiétais un peu, mais j’attendit près de ma porte, après plusieurs heures, les portes s’ouvrirent et je parti à courir pour me cacher. Même si les premiers pas avaient été difficiles, mais je m’étais habitué, puis m’était caché dans un local, le fameux mur de mon maître.

Vous !


Pseudo : Mama XD

Présence sur 10 : 9/10, je suis tout de même pas là 24 heures sur 24 et j’ai parfois des absences.

Autre : Superbe, si ce n’est que si t’as besoin d’aide Haru, je peux t’aider Wink
Invité
Invité



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 12.01-W108, Kerea, la fieule du gros tas   Sam 24 Oct - 2:46

Très belle histoire, Ma'... Eum... Mama* !
Merci de ton aide ^^ s'il y a quoi que ce soit, dis-le moi !
Ton histoire est très drôle, vraiment ! Tu as réussis à me faire rire !
En tout cas, tu es validée, tu peux commencer à RP et flooder !

Bienvenue !

_________________

Spoiler:
 
Haru
« Master x
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 16/09/2009
Âge : 22

Feuille de personnage
Code barre: 01.02-W105
Âge: 19 ans
Informations :
:

Voir le profil de l'utilisateur http://captive.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
 

12.01-W108, Kerea, la fieule du gros tas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Captive :: 
 :: Présentations :: Présentations archivées
-