AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Erwin, 04.09-M108

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: Erwin, 04.09-M108    Dim 24 Oct - 23:54

Erwin


Prénom : Erwin

Code barre : 04.09-M108

Âge : 19

Numéro sur 10 : 8

Sexe : Mâle

Attirance Sexuelle : Hétérosexuelle

Description physique : Erwin est un Nekko assez frêle, qui domine le monde du haut de ses deux mètres dix. Sa taille fut une grande déception pour les scientifiques, car les centimètres supplémentaires de cet Homme-Bête d'intelligence supérieure blessaient l'ego des têtes pensantes. Mais rares sont ceux qui ont pu le maltraiter.

Ces rarissimes maltraitances lui ont néanmoins laissé une marque sur la joue droite, une longue et fine balafre allant de l'oreille à la commissure des lèvres. Sa queue, longue et soyeuse, est noire avec une tache blanche au bout.

Ses oreilles de chat, assez petites, ne grèvent pas son visage d'un air trop animal, mais de belles canines acérées brillent d'une lueur d'un blanc éclatant, comme le vestige d'albâtre d'une antique bestialité annihilée par la génétique.

Mais la chose la plus troublante chez Erwin, ce sont ses yeux :
Suite à une erreur de manipulation génétique, il a une décoloration de son iris : Il est rouge sang comme celle des albinos. Cette erreur de la nature a donné au Nekko un regard flamboyant, voire magmatique. Jamais les yeux n'ont autant été les fenêtres de l'âme, tant cette dernière était brûlante et instable.

Description Mentale : Pour Erwin, tout est lié. Il est assez droit. Pétri des idées de Darwin, il accepterait sa mort si il venait à être inférieur et/ou inadapté, mais ayant un ego assez fort, il se croit quasiment invincible.

Il est ce qu'on pourrait appeler un érudit né au mauvais endroit. Quand le rat de laboratoire comprend ce qu'il se passe, c'est le scientifique qui quitte le navire.

Sa fierté est sans limite. Tant et si bien qu'il passe pour insolent et prétentieux aux yeux des humains. Sa balafre lui fut faite, d'ailleurs, à cause de ceci :
Un jour qu'il était soumis à une expérience (Choc de 550 Volts pour voir si on pouvait soumettre sa volonté) il hurla :
"Je ne me mettrai jamais à genoux devant vous !"
L'expérimentateur, un homme avec un accent britannique marqué, lui répondit :
"Vraiment ? Et pourquoi ?"

Et Erwin, le regardant droit dans les yeux, de répondre :
"Parce que vous, vous êtes déjà à genoux devant moi."
Le labo tout entier entendit ses cris de douleur.

Vu ~ haru ♥

Rêves : Devenir humain et (cf histoire pour pas spoiler)

Histoire : Jour des Cages Ouvertes + 4. Récit d’Erwin, connu sous le nom de « Vis Cerebri », Matricule 04.09-M108

Je suppose que je devrais commencer par mon premier souvenir. Chez certains type 8, dont moi, la mémoire devient efficace quelques minutes après la naissance. Mon mentor était là, il me porta jusqu'à la table d’examen… ma première vision de ce monde fut donc une étiquette, jaunie et usée, agrafée à la hâte sur une blouse, portant un nom que je ne savais pas encore lire, mais que je n’oublierai jamais par la suite : Hemmet van Hoff.

Il s’était penché sur moi, m’avait examiné, comme un cerveau analyse et décortique une expérience. Je me souviens d’avoir eu peur. Allaient-ils me jeter parce que j’étais trop faible ? L’homme en blanc paraissait satisfait, mais anxieux. Les discussions allaient bon train. Tous ces gens parlaient un langage que j’appelai plus tard japonais. Mais c’est la dureté gutturale de la langue allemande qui résonna dans la salle quand il s’exclama : « 04.09-M108 est stable ! Bienvenue parmi nous, Erwin ». Et, pour la seule et unique fois de ma vie, il a souri. Il m’a souri.

Hemmet van Hoff. Je ne peux évoquer ma vie sans évoquer la sienne, tant nos destins sont liés. Chercheur à l’Université de Dusseldörf, il s’est spécialisé dans la manipulation génétique anthropo-animale. Avant de prêter main forte à ce projet. Celui qui m’a créé, moi, et tous les autres. Théoricien du métissage génétique avec le chat, il s’occupe, enfin, s’occupait, des type 8. En particulier d’un, qu’il pensait être le plus prometteur : moi.

Quand je repense à mon premier jour, je ressens parfois une certaine nostalgie. J’aurais aimé revoir ce sourire, ne serait-ce qu’une fois. Revoir ces dents jaunes éclairer d’une lueur fantomatique ce visage décharné et osseux, qu’ornaient deux yeux bleus. Ces cheveux blonds, encore abondants malgré son âge, qui coiffaient cet aryen ridé et desséché, au physique ingrat mais à l’âme magnifique. Comme moi, il n’avait pas le physique de son esprit. Comme moi, il se battait contre sa nature.

Car depuis ma naissance, je lutte contre un ennemi rusé, intelligent et mortel : le neko que je suis. Je suis le fruit d’une monstruosité du génie de l’homme, condamné à briller sans jamais être heureux. J’ai appris vingt-et-une langues, mais je crache toujours des boules de poil, et passe mon temps à faire ma toilette alors que des douches sont disponibles. Je maîtrise la physique des particules et l’électrodynamique quantique, mais je ne peux me retenir de déchirer ma viande à mains nues qu’au prix d’immenses efforts. Telle est ma nature, et tel est mon esprit : une éternelle lutte entre pulsion et raison me déchire, moi, la créature trop humaine pour être bête.

Depuis quatre jours je me cache dans un faux plafond, que la plupart des êtres inférieurs et stupides pensent inamovible. Je dois faire attention à ne pas traverser les dalles, mais l’abri à l’air sûr. Et depuis quatre jours, j’ai été triste en repensant au scientifique.

Il m’a appris à parler l’allemand, et, pour revoir son sourire, je m’exprimais couramment dans la langue en quatre jours, et composai mes premiers vers trois jours plus tard. Il me regarda d’un air neutre, et nota quelque chose sur son carnet. Je n’étais pas assez bon, sans doute…

Alors, en trois mois, j’appris neuf langues supplémentaires : Japonais, Mandarin, Espagnol, Français, Anglais, Latin, Grec, Arabe, et Flamand. En même temps je découvrais la Chimie et les Mathématiques. J’avais un an quand je démontrai le Théorème de Pythagore généralisé à la dimension n grâce aux propriétés additives des Espaces Vectoriels. Ce jour-là, un rictus passa comme une ombre sur son visage. Il avait failli sourire ! J’y étais presque !

Il m'avoua ce jour-là que mon nom, je le devais à Erwin Schrödinger, un grand physicien allemand. "Tu es en quelque sorte le Chat de Schrödinger..." dit-il, avant de lâcher un petit rire.

Quand je lui demandai des acides pour mes recherches, il me répondit que c’était impossible. C’est le jour où il me parla des objets interdits que je me rendis compte que j’étais captif. Jusqu’alors, la seule limite qui m’apparaissait était la célérité de ma raison. J’ouvris les yeux ce jour-là. Je lui ai demandé pourquoi je n’étais pas libre, et ce qu’il y avait au dehors. Il m’a répondu : « Un monde qui ne te mérite pas. Pas encore. Tu ne connais pas encore ton importance. Tu la découvriras. Mais dis-toi que tu ne vis pas dans une prison, non… Plutôt dans un fort. Une forteresse bâtie pour te protéger de tous ces imbéciles crasseux, qui nagent dans leur médiocrité… »

Et alors qu’il lâchait ces dernières paroles d’un ton méprisant, je la vis : cette lueur que je ne connaissais pas, ce changement de ton dans le bleu de ses iris, cette vibration que j’associai à son côté obscur, à cette partie de l’histoire que le peuple de mon mentor préfère oublier. A l’annihilation par la haine. La part d’ombre dans celui que je voyais comme un dieu.

Ce jour-là, il m’apprit des rudiments de philosophie. Avec le temps, je devins, à ses dires, sage, calme, et raisonné. Je faisais de plus en plus de progrès : non seulement je commençais à ne plus me lécher, mais j’arrivais aussi à comprendre l’humain, à utiliser ses mimiques, à voler son jeu de regards… Seul le poil dans mes oreilles félines, et mon physique clairement hybride m’empêchait d’être pleinement l’un d’eux.

Pendant un temps, j’ai cru en l’homme. J’étais l’intellect qui asservit le monde à son génie. Je n’étais plus 04.09-M108 . Hemmet van Hoff m’appelait désormais : « Vis Cerebri » ou Erwin. Après tant d’efforts, j’étais un homme. Du moins je passais pour l’un d’eux. Enfin, je me croyais normal.

J’avais tort.

Il y a cinq jours, l’allemand est arrivé. Il m’a regardé, m’a présenté une petite boîte et m’a dit, dans un discours sans queue ni tête : « Si tu ne veux pas voir l’extérieur, promets-moi d’attendre jusqu’à demain pour ouvrir cette boîte. N’essaie pas de l’ouvrir avant, elle est piégée. Je prends un risque incroyable en faisant ça… Mais je te considère comme un égal, désormais.

Ecoute-moi… dehors, le monde est en crise. Viens avec moi, enlève cette blouse blanche ridicule, prends ces vêtements de rechange… Tu dois asservir le monde et créer avec moi une nouvelle race ! Et alors, je pourrai achever ce que mon maître a toujours rêvé de faire… »


La lueur de folie dans ses yeux revenait, et son accent germanique sonna comme le glas d'une défaite de l'esprit que j'aimais, dans cette dernière phrase :
« La race supérieure… Mon Allemagne… Après 1945…
Il commença à partir. C’était impossible… Impossible. Pas lui…
« Allez, viens.
Je le regardai. Ce n’était pas lui. Ca ne pouvait pas l’être, ça ne devait pas l’être !
- Non.
Il se retourna.
- Pardon ? Tu me dois tout, boule de poil ! Suis-moi ! C’est un ordre !

Et, comme si je savais quoi faire depuis un siècle, je me levai, le dominant de vingt bons centimètres. Pour l’amour de l’être humain qui avait écrit tous ces livres et créé l’art, je devais lui désobéir !

- Je ne vous suivrai pas sur les traces d’Adolf Hitler !
- Alors reste avec ta boîte ! J’étais sûr que tu ne m’aiderais pas… Petit chat. »


Et, alors qu’il s’en allait à grands pas, je me suis mis à pleurer pour la seule et unique fois de mon existence. Mon mentor, mon père, mon alter ego, était un néo-nazi fou furieux cherchant à appliquer les idées de son maître. J’étais horrifié, et j’avais honte. Honte d’être le monstre de ce monstre. La nuit passa sans que je puisse dormir. Que faire ?

Alors que je me demandais si je devais obéissance aveugle à Hemmet, les cages s’ouvrirent en même temps que la boîte. Elle contenait un seul et unique objet : un couteau de lancer, brillant d’un éclat verdâtre à la lumière des éclairages de secours. Jointe à l’intérieur, une lettre de la main d’Hemmet, écrite dans sa langue, me brisa le cœur une seconde fois :

« Vis Cerebri,
Enfin vient le moment de la sélection naturelle.
Si tu lis ceci, c’est que tu es une EXPERIENCE RATEE. Tu ne devais servir que mes desseins, et, de toute évidence, quelque chose s’est mis entre toi et moi.

Nous savons tout les deux que tu veux faire semblant d’être un homme : laisse-moi te dire ceci : tu n’es rien, le motif de ta création était économique, j’ai tué moi-même ta mère porteuse pour que tu soies le seul de ta lignée, et j’ai toujours refusé de sourire parce que je savais que ça te ferai trop plaisir.

Alors je laisse seul. Si tu n’a pas su écouter mes arguments et que tu me préfères une humanité décadente et souillée que tu ne connais pas, meurs.

Je vais te raconter une histoire. Autrefois, quand on abandonnait un pirate sur une île, on lui donnait un pistolet avec une et une seule balle. Je suppose que tu sais pourquoi faire… Oui… tu as deviné pourquoi j’ai mis ce couteau, n’est-ce pas ? Quand tu auras compris que la nourriture manque, et que les autres te sont physiquement supérieurs, que feras-tu ? Quand le seul ami que tu n’as jamais eu te révèle qu’il te hait, n’as-tu pas envie de prendre cet objet, de l’appliquer contre ta poitrine, et d’appuyer ? Je sais que tu as compris comment faire…

La lame se dissout dans un matériau vivant. Elle est enduite de l’acide que tu avais réussi a créer en secret. Oui, je l’ai vu ça aussi !

Quel ironie ! Tu vas mourir à cause d’une de tes créations… Et je vais déposer le brevet, pour devenir riche grâce à celui qui va mourir : toi.

MEURS, SALE CHAT.

Hemmet van Hoff. »

Ce n’était pas une lettre. C’était une bombe, un brûlot nucléaire lancé sur un radeau. Je me sentis comme percé par une volée de flèches. J’eus envie de prendre la lame…

Il y a une semaine, j’étais un homme, aujourd’hui, je suis un monstre. Mais, à demi noyé dans mes larmes, j’ai saisi le poignard empoisonné, et, serrant la garde jusqu’à ce les formes de l’objet rougissent ma paume, je me suis fait la résolution solennelle que, quelqu’en soit le coût, ce poignard n’aurait jamais qu’une cible :
Hemmet van Hoff.
Je tuerai les autres, me nourrirai d’eux, deviendrai ce que j’ai toujours craint, mais je me libèrerai, pour débarrasser la grande humanité de cet homme. Et je me vengerai. Le duel a commencé.

J’ai rangé le petit couteau dans la poche de ma blouse. Il n’en bougera plus, jusqu’au jour où l’homme qui m’a trahi sera devant moi. Je ne suis pas violent, mais je jure qu’au nom de l’humanité intellectuelle et érudite qui a fait de moi, un instant, un homme, je lancerai ce couteau.

Jour 4, Erwin.




euh, bah, moi.


Pseudo : Aha ! mon nom de plume
Présence sur 10 : 2 (Préparationnaire)

Autre : Une amie m'a fait découvrir ce forum et je l'en remercie !
Bien à vous ,
Sonci


Dernière édition par Erwin le Jeu 7 Juin - 18:27, édité 5 fois
Erwin
Eight
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 24/10/2010
Âge : 25

Feuille de personnage
Code barre: 04.09-M108
Âge:
Informations :
:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Erwin, 04.09-M108    Lun 25 Oct - 8:52

    Nya ! Bienvenue a toi Erwin ! J'aime beaucoup l'histoire de ton personnage, elle sort du commun ! Bon courage pour le reste de ta fiche !

    Au plaisirs de te croiser sur ma route ~
Invité
Invité



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Erwin, 04.09-M108    Lun 25 Oct - 11:35

Bienvenue en prison ! xD Moi aussi, j'aime beaucoup ton histoire ^^ Très bien écrite en plus ! Bonne chance pour la fin de ta fiche et amuse-toi bien x)
Umiko
Nine
avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 21/06/2010
Âge : 22

Feuille de personnage
Code barre: 09.10-W109
Âge: 17
Informations :
:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Erwin, 04.09-M108    Jeu 28 Oct - 22:05

Bienvenue à toi !
J'ai bien aimé ton histoire ~ Bonne idée, bonne base et tout <3
Ça fait changement disons ~

Soit, je te validerai dès que tu auras ajouté le code du règlement à ta fiche =)

_________________

Spoiler:
 
Haru
« Master x
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 16/09/2009
Âge : 23

Feuille de personnage
Code barre: 01.02-W105
Âge: 19 ans
Informations :
:

Voir le profil de l'utilisateur http://captive.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Erwin, 04.09-M108    Sam 30 Oct - 0:41

Voilà Voilà.
Précision : à partir de Jeudi, je suis plus là pour un mois et demi (études)
J'essaierai de venir le Weekend.
Erwin
Eight
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 24/10/2010
Âge : 25

Feuille de personnage
Code barre: 04.09-M108
Âge:
Informations :
:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Erwin, 04.09-M108    Sam 30 Oct - 19:17

Voila, tu es maintenant validé ! <3
je te souhaite beaucoup de plaisir parmi nous, bon rp a toi =)

Merci d'avoir prévenu pour ton absence ~

_________________

Spoiler:
 
Haru
« Master x
avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 16/09/2009
Âge : 23

Feuille de personnage
Code barre: 01.02-W105
Âge: 19 ans
Informations :
:

Voir le profil de l'utilisateur http://captive.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Erwin, 04.09-M108    

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Erwin, 04.09-M108

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Captive :: 
 :: Présentations :: Présentations validées
-